Le nouveau scandale qui fait trembler l’Union Européenne !

Quand la santé et l’économie sont associées, ce n’est pas bon signe.

Et le dernier exemple et scandale en date est le potentiel détournement de fonds sur des budgets initialement alloués à la gestion du Covid ou à la transition énergétique.

Le but de cet article est de faire le point sur cette affaire qui va encore couter très chère au contribuable en gonflant le poids de la dette européenne.

Le MRR ou Mécanisme de relance et de résilience

Le MRR est un fond de dette commune de 723,8 milliards d’euros permettant aux 27 pays membres de l’UE de toucher des subventions pour les aider dans l’accompagnement de la transition énergétique.

Au sein du MRR est concerné le plan REPowerEU qui vise à restructurer l’énergie européenne à travers les sanctions contre la Russie. Source: https://commission.europa.eu

Ce fond, ne concerne pas seulement la transition énergétique :


Le MRR est destiné à subventionner les pays membres de l’UE en échange de réformes propres à l’institution européenne. Et cela concerne absolument tous les pans de notre société :

  • Transformation Digitale (Euro numérique)
  • Cohésion territoriale et sociale
  • Santé (vaccins)
  • Economie (Banque Centrale Européenne)
  • Plan pour la jeunesse
  • Ecologie

Les enquêtes pour corruption

C’est le bureau de lutte contre la fraude de l’Union européenne (OLAF) qui a mis le feu aux poudres. Source: https://anti-fraud.ec.europa.eu/index_fr

Selon un porte parole d’OLAF, plusieurs enquêtes seraient en cours de la part de l’organisation sans que l’on sache ni le montant exact en question ni les pays/personnalités concernées. Ces enquêtes porteraient sur des irrégularités enregistrées depuis fin 2021, ou 15 enquêtes avaient déjà été ouvertes contre des pays comme l’Espagne, l’Italie ou encore la Croatie par une multitude d’organismes anti fraude dans le cadre de la gestion Covid. Source: https://www.politico.eu

Ainsi, il est possible, voir probable, qu’une partie des 724 milliards d’euros ait été détournée à des fins moins idylliques que la résolution de la transition énergétique ou encore la réduction de l’inflation.

Dans le cadre de ces affaires de corruption au plus haut sommet de l’UE, il est à noter qu’en décembre 2022, une autre affaire éclaboussait Ursula Von Der Leyen, la présidente de la Commission Européenne ainsi que Dimitris Avramopuoulos un ancien commissaire européen. Source: https://www.lastampa.it

L’Ancien commissaire a touché 60 000 euros en 2022 pour participer à 2 événements dans le cadre d’une collaboration avec l’ONG Fight Impunity qui n’a jamais été enregistrée au registre de transparence et qui est au cœur d’autres scandales, notamment ceux du Qatargate et du Maroc. Source: https://www.euractiv.fr et https://www.humanite.fr et https://www.lefigaro.fr

Outre l’aspect déjà douteux de l’ONG que beaucoup considèrent comme mondaine au minimum, le salaire de Dimitri a soulevé de vives questions et polémiques sur les largesses économiques des budgets de l’UE dans un contexte d’inflation et de dette explosif. Et le pire, c’est que selon l’ancien commissaire lui même, son salaire a été directement approuvé par Von Der Leyen dans l’objectif de promouvoir les travaux de l’ONG. Source: https://lecourrier-du-soir.com

Ce n’est pas fini.

A cela s’ajoute l’affaire des SMS entre Ursula Von Der Leyen et le PDG de Pfizer dans le cadre de la campagne vaccinale. Source: https://www.lepoint.fr

Dans cette affaire, la présidente de la Commission Européenne est accusée d’avoir cachée ou détruit ses échanges SMS avec le PDG de Pfizer dans le cadre d’une énorme commande de plusieurs milliards de vaccins. C’est un problème, car outre le fait que Von Der Leyen refuse de rendre ses SMS publics, ce refus d’obtempérer signifie forcément que quelque chose de glauque se cache sous la seringue. Au niveau juridique, cette affaire est décrite par l’avocate Diane Protat comme un éventuel “Pacte de corruption”. Source: https://www.francesoir.fr

Les négociations n’auraient pas été effectuées dans les règles de l’art car Von Der Leyen a court circuité le comité de pilotage habituel de l’UE qui est chargé de négocier habituellement dans ce genre d’affaires. Pourtant, les sommes en jeu n’étaient pas dérisoires. On parle tout de même de 70 milliards d’euros pour des doses de vaccins dont une grande partie a fini à la poubelle en raison des températures ou des fins de passe vaccinale dans les pays membres de l’UE en 2022.

Malgré les diverses enquêtes depuis 2022, rien n’a permis de rendre public les SMS de Von Der Leyen.

Cette affaire est tellement explosive et les informations si cloisonnées que le New York Times lui même a décidé d’attaquer en justice, en janvier 2023, la Commission Européenne dans l’objectif de dévoiler la teneur de ces SMS. De même, une enquête en interne est en cours au sein de l’UE mais reste visiblement sans réponse pour le moment.

L’affaire est si troublante de par son manque de transparence que le 5 avril 2023, un lobbyiste belge a décidé, à son tour de porter plainte devant le pénal en Belgique. Le droit belge permet par voie légale à tout ressortissant belge d’obtenir des informations publics et toute atteinte à ce droit est passible de poursuites pénales.

Cette affaire liée aux vaccins fait désagréablement écho à la précédente affaire Kyriakidou, l’ancienne commissaire européenne chargée de la santé, originaire de Chypre soupçonnée de corruption en 2021 et qui était en charge de plusieurs commandes de vaccins à l’époque. Source: https://www.europarl.europa.eu

Le lobbying pharmaceutique, un des fers de lance de la corruption des institutions européennes ?

Il existe 50 000 lobbyistes qui peuvent aller et venir au Parlement Européen.

Dans le cadre de l’affaire des SMS, plusieurs eurodéputés avaient demandé à ce que le PDG de Pfizer soit interdit d’accès au Parlement Européen. Leur demande a été rejetée en bloc. Source: https://www.ouest-france.fr

En parallèle de cela, les eurodéputés dénoncent un manque de transparence dans les contrats liant l’UE aux laboratoires pharmaceutiques notamment sur la responsabilité des laboratoires en cas d’effets secondaires. Car aux Etats Unis, les laboratoires sont exonérés de toute responsabilité en cas de problèmes. Les eurodéputés aimeraient donc affirmer que ces clauses outre atlantique ne sont pas identiques à celles signées dans les contrats européens. Source: https://www.ouest-france.fr

La puissance des lobbyistes est telle que même au sein des institutions européennes, leur parole fait force de loi.

Un rapport de 28 pages des “Amis de la Terre” est même allé jusqu’à accuser ces lobbyistes de faire pression sur les gouvernements durant la crise covid au point d’avoir infiltré le sommet des Etats membres de l’UE et notamment le gouvernement français. Source: https://www.amisdelaterre.org

Fait intéressant, en plus des lobbyistes de l’industrie pharmaceutique, les lobbyistes bancaires auraient aussi profité de la situation du Covid pour faire pression sur les gouvernements. Source: https://lecourrier-du-soir.com

Conclusion :

La corruption semble atteindre des sommets au sein de l’Union Européenne. Depuis la crise Covid, les affaires se multiplient et les enquêtes piétinent dans un manque de transparence évident.

Souvent, ces affaires reviennent vers un seul point focal : Ursula Von Der Leyen, la présidente de la Commission Européenne.

Il donc probable que le jour ou cette personne témoignera, de nombreuses questions trouveront leurs réponses. Quand à se demander si ces réponses nous feront plaisir à nous les citoyens, il y a de fortes chances que non.

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :